• Piazza della Maddalena 53 - 00186, Roma
  • Tel. +39.06 899 28 151-2-3-4
  • info@salutesviluppo.org
  • Donne Maintenant
  • Mail
  • Travaillez avec nous

témoignages

Expérience et émotions de la pédiatre Sonia Storelli

Une histoire spéciale. C’est ce que Sonia Storelli, spécialiste en pédiatrie et en néonatologie à l’hôpital Consolata de Nkubu (Kenya), nous raconte sur les émotions qu’elle a ressenties #on-her-skin au Kenya.

Cela fait déjà quelques mois que je suis revenu et pourtant les sons, les odeurs et les émotions sont toujours une réalité dans mon cœur. Je descends de la Jeep et je ferme les yeux, je respire… je respire profondément et je sens l’air plein d’humidité, l’odeur de la terre; j’ouvre les yeux et je retrouve le ciel africain et le vert des plantes d’une intensité qui ne semble pas vraie. L’hôpital Consolata de Nkubu est ma maison depuis quinze jours… ce n’est pas ma première expérience en Afrique et j’ai appris qu’il n’y a pas qu’une seule Afrique mais de nombreuses réalités différentes et similaires… Et pourtant, l’hôpital fourmille de projets de croissance et de changement dans lesquels chacun a son rôle bien défini… vu de l’extérieur, il semble presque immobile mais il y a tant de patients et le travail est incessant…

sonia 7sonia

Deux semaines, c’est court, mais les heures passent très vite quand on s’investit dans son travail, quand on se rend compte qu’une partie de soi guérit à chaque habillage ou regard que l’on reçoit, car ce que l’on reçoit est toujours plus grand, en termes de satisfaction et de sérénité, que ce que l’on donne. J’ai travaillé avec le personnel de la pédiatrie et dès le premier instant, je me suis sentie intégrée, dans un échange continu d’informations et de formations… J’avais tellement à apprendre et j’ai essayé de transmettre ce que mon expérience de pédiatre m’avait appris !!! La journée a alterné entre des visites des services de néonatologie et de pédiatrie, de la clinique externe et des séances de formation auxquelles ont participé le personnel médical, les responsables cliniques et le personnel infirmier, ainsi que les étudiants de l’école d’infirmières de l’hôpital Consolata de Nkubu.

sonia 2

Je continue à laisser des morceaux de mon cœur éparpillés dans le monde entier… merci à Umberto, le moteur perpétuel du projet et l’hôte parfait, merci au Docteur Emelda qui partageait avec moi les décisions cliniques au quotidien et qui continue à partager ses connaissances même à distance, merci à Moses et aux autres responsables cliniques et à tous ceux avec qui j’ai travaillé. Un merci particulier au Père Efisio et à Salute e Sviluppo pour le magnifique travail qu’ils réalisent et pour m’avoir offert cette opportunité qui, je l’espère, n’est que le début d’une longue collaboration… et merci à tous les yeux qui ont croisé les miens, aux sourires et aux larmes et à toutes les “âmes” qui ont caressé mon âme, l’enrichissant. à bientôt.

Sonia

 

Le Kenya à travers les yeux du Dr. Mauro Ferro

“Je suis parti pour être utile” – Le Dr Mauro Ferro, chirurgien général de Turin, nous raconte ce qui l’a poussé à partir pour une période de volontariat avec Salute e Sviluppo à l’hôpital de Karungu au Kenya.

Une expérience totalement différente pour ceux qui, comme notre ami Mauro, souffrent déjà un peu du “mal de l’Afrique” et voyagent habituellement pour découvrir ce beau continent en tant que touriste ; cette fois-ci, Mauro n’est pas n’importe quel touriste, Mauro est un chirurgien qui veut opérer dans un hôpital au Kenya et avoir ainsi l’occasion de vivre directement toutes les contradictions, les souffrances et les joies quotidiennes qui le lieront indissolublement aux traces des vies qu’il opère, sauve et connaît.

L’expérience du Dr Mauro a été totalement positive, et il a immédiatement été accueilli chaleureusement par toute la population locale – “Il n’y avait pas un seul patient qui ne me saluait pas chaque jour à l’hôpital!– et qui a rapidement établi une excellente relation de confiance mutuelle et de coopération fructueuse avec tous ses collègues.

“Mais la situation reste d’une extrême urgence, notamment en ce qui concerne les patients atteints du VIH. Rien qu’à Karungu, nous avons traité environ 7000 patients”– Le Dr Ferro nous explique que notre aide est indispensable et qu’il est plus que jamais nécessaire “de sensibiliser la population locale aux risques de ne venir à l’hôpital que lorsque l’on est dans un état désastreux”.

Nous sommes tout à fait d’accord avec l’invitation du Dr Mauro à faire plus et davantage pour une population qui se trouve encore dans des conditions d’extrême pauvreté et de grande désinformation ; plus de ressources et d’aide sont nécessaires, maintenant plus que jamais.

Et nous le devons surtout aux enfants, aux générations futures, qui sont l’espoir d’un véritable changement:“Qu’est-ce qui me restera à jamais de cette expérience ? Les yeux des enfants, ils sont indélébiles.”

Et à travers les yeux et le regard du Dr Mauro, nous avons pu revivre un peu de sa grande petite expérience, c’est pourquoi nous ne pouvons que le remercier, ainsi que pour son aide précieuse à l’hôpital de Karungu, de nous avoir raconté aujourd’hui ce qu’il a vécu #on-his-skin.

Mauro Ferro vérifie les archives des patients VIH sous traitement

(Mauro Ferro vérifie les archives des patients séropositifs traités à l’hôpital de Karungu.)

L’émotion de la mission: Mariella

Mariella, pouvez-vous nous dire comment vous avez abordé le monde de la coopération internationale et du troisième secteur?

À la fin de mes études secondaires en Sardaigne, j’ai déménagé à Forlì pour poursuivre mes études. J’ai toujours été intéressé par ce qui se passait sur la scène internationale et j’ai donc choisi de suivre le cours de licence en sciences internationales et diplomatiques. Pendant les dernières années de ma carrière universitaire, je me suis spécialisée dans les droits de l’homme, en rédigeant une thèse sur les différentes réactions de la communauté internationale aux cas du Kosovo et de la Tchétchénie.
Par la suite, j’ai déménagé à Rome pour suivre un cours en protection internationale des droits de l’homme, en effectuant un stage au Ministère des Affaires étrangères. Au cours de cette expérience, j’ai découvert le monde des organisations non gouvernementales et, en voyant leur travail, mon intérêt pour le troisième secteur s’est renforcé.
Ensuite, j’ai fait un autre master en gestion de projet pour la coopération internationale et, au cours de mon stage, je suis entrée en contact avec Salute e Sviluppo,où – après un interlude professionnel en Espagne – j’ai commencé à travailler de façon permanente.

Que faites-vous à Salute e Sviluppo?

J’ai participé à la planification et à la gestion du projet dès le début, et depuis 2013, je suis également responsable de l’administration générale de SeS.

Qu’est-ce qui vous a plu dans l’organisation Salute e Sviluppo?

J’ai immédiatement aimé Salute e Sviluppo, tant pour l’environnement de travail stimulant et sociable du bureau de Rome que pour le type de projets… ils sont continus dans le temps.
Souvent, une fois qu’un projet est terminé, il y a un manque de suivi sur le terrain. La durabilité des projets de Salute e Sviluppo dans le temps est au contraire garantie par le fait qu’elle se prévaut du soutien et de l’accompagnement des Camilliens dans les différents pays d’intervention, qui – quelle que soit la durée du projet – seront toujours présents sur place pour leur mission, à savoir le soutien sanitaire aux couches les plus vulnérables de la population. Avec SeS, nous pouvons améliorer leurs services hospitaliers ou en créer de nouveaux.
En outre, j’accorde une grande importance aux échanges multiculturels et interreligieux. J’ai observé pendant les missions comment des personnes qui professent souvent une autre religion travaillent aux côtés des missionnaires. Il y a beaucoup de respect et d’estime mutuels, ainsi qu’une coopération totale.

Qu’est-ce qui vous a poussé à choisir les différentes missions ?

Comme je l’ai déjà dit, ma passion pour le troisième secteur est née pendant mon parcours universitaire, où j’ai abordé des sujets traitant des droits de l’homme. La transition a été naturelle : après avoir travaillé dans la défense des droits de l’homme, de bureaucratie ministérielle, je me suis rendu compte que j’avais besoin de quelque chose de plu J’ai ressenti le besoin de voir réellement le travail sur le terrain, de rencontrer les bénéficiaires, de voir la mise en œuvre des services. Je peux résumer que mes yeux avaient besoin de voir se réaliser ce que je prévoyais sur le papier.

Qu’est-ce qui vous passionne dans votre travail?

Je suis excité à l’idée de voir la naissance et la conclusion de quelque chose: pouvoir aller là-bas et voir un espace où il n’y a rien… pour revenir et voir la transformation. Par exemple, lors de l’une de mes premières missions, au Bénin, j’ai été très heureux de voir – plus d’un an après le début du projet – comment un terrain aride et isolé avait été transformé en hôpital… comment il fonctionnait correctement et était également devenu un lieu de rencontre.
Il est incroyable de voir comment les projets de Salute e Sviluppo, qu’ils soient petits ou grands, ont un impact réel sur la vie des bénéficiaires, la transformant et l’améliorant.

Vous allez dans des pays où les conditions ne sont pas les plus faciles. Est-ce que c’est fatigant pour vous?

Cela demande certainement un grand esprit d’adaptation. Elle est nécessaire tant pour les conditions de la vie quotidienne que pour les situations de solitude auxquelles on doit parfois faire face.
Laissez-moi vous expliquer… Lorsque vous partez en mission, vous ne passez pas la majeure partie de votre temps dans une grande ville, où vous rencontrez des coopérateurs ou des personnes travaillant dans différents secteurs et provenant de pays du monde entier. Le séjour dans la capitale ne dure généralement que quelques jours. C’est un moment de transition avant de m’immerger pleinement dans le véritable contexte local. Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)
Nos projets sont principalement situés dans les zones les plus fragiles et les plus isolées d’un pays… vous vous retrouvez donc dans des villages où il n’y a pratiquement pas d’autres “expatriés” et/ou il n’y a aucune sécurité pour sortir seul.

Qu’est-ce qui vous plaît dans les missions ?

Sans doute la rencontre avec la population locale. Dans les grandes villes, ils sont habitués à l’arrivée et à la présence de personnel étranger, il y a plus de mouvement. Dans les petits villages, qui n’ont aucune relation avec le monde extérieur, les gens sont accueillants, joyeux. Les enfants sont curieux, hospitaliers, ils veulent vous toucher, discuter et jouer avec vous. tout le monde se salue, mais surtout il y a un fort esprit communautaire où tout le monde se connaît. Il est vraiment étonnant de ressentir cette chaleur humaine.

Quel pays avez-vous trouvé difficile?

Je pense à la République Centrafricaine. C’est l’un des pays les plus pauvres du monde, où la principale difficulté est le manque de moyens pour travailler, mais c’est aussi le pays qui est resté le plus dans mon cœur.
Alors qu’au Burkina Faso, il y a aujourd’hui un grand problème de sécurité. Par rapport à mes premières missions, depuis 2010, j’ai vu un changement considérable dans le pays: de vraiment calme à plutôt dangereux en raison des attaques terroristes qui frappent la capitale et surtout le nord et l’est du pays depuis 2016.

Et les autres continents?

J’ai effectué des missions au Pérou et au Vietnam
Dans les deux cas, j’ai été impressionné par la coexistence étroite de niveaux de vie élevés et d’une pauvreté encore plus évidente que dans certains pays africains. Par exemple, à Lima, au Pérou, cette diversité est d’une évidence frappante: d’un coin à l’autre d’un même quartier, le décor change complètement.
L’expérience au Vietnam a également été forte: vous passez de métropoles développées et touristiques comme Hoc Chi Minh à des villages du sud du pays où la pauvreté est extrêmement élevée.

 

 

84103790_2600437056878586_865532748771622912_o

img_6163