• Piazza della Maddalena 53 - 00186, Roma
  • Tel. +39.06 899 28 151-2-3-4
  • info@salutesviluppo.org

Nouvelles

UNE ÉCOLE ET DE NOMBREUSES INFIRMIÈRES

La mission qui a vu notre Directrice des Projets, Mariella, et p. Felice de Miranda, Président de Salute e Sviluppo, engagés en République Centrafricaine pour le suivi habituel des projets en cours dans le pays est terminée

La zone dans laquelle nous opérons actuellement fait partie de la sous-préfecture de Bossemptélé, une zone particulièrement pauvre et dépourvue d’infrastructures. Le seul pôle sanitaire présent dans la zone est l’hôpital Jean-Paul II qui, comme nous l’avons rappelé à plusieurs reprises, a été fondamental pour la population, surtout pendant les périodes les plus dures de la guerre civile combattue dans le pays.
Le premier janvier 2021 a commencé le projet de réalisation d’une école d’infirmières : parcours de formation professionnelle pour l’amélioration des conditions sanitaires en République Centrale Africaine, financé par la Conférence épiscopale italienne (CEI).

L’objectif de ce projet est d’achever, d’ici 2023, une école d’infirmières dans le but de former du personnel spécialisé qui puisse mettre en œuvre les services fournis dans l’hôpital. Outre la construction de l’école, une clôture et un puits sont également prévus. Dans un second temps, le mobilier, les ordinateurs et d’autres matériaux seront achetés pour répondre aux besoins des étudiants qui entreprendront ce parcours d’études certifié et reconnu au niveau national, qui profitera également de la synergie avec l’hôpital Jean-Paul II pour les stages sur le terrain.

Si au début de l’année, nous vous avons montré des photos de la construction du puits et du début de la clôture, nous pouvons maintenant vous annoncer que les travaux de construction du bâtiment progressent à un rythme soutenu, tandis que les travaux pour le puits et la clôture sont terminés. Grâce à cette dernière mission, il a été possible non seulement de s’assurer des progrès, mais aussi d’aider les référents locaux à la conception la plus optimale de la structure qui devrait être accessible dans quelques mois.

Nous sommes particulièrement heureux que, depuis le début du projet jusqu’à aujourd’hui, la réaction de la population à notre initiative ait été plus que favorable : si la première année les étudiants inscrits ont été 11, Cette année, 25 élèves sur 30 candidats seront sélectionnés pour passer le test d’entrée à l’école. Tous les enseignants sont des professeurs universitaires de Bangui, qui donnent aux classes un enseignement de haut niveau, à l’issue duquel un diplôme est délivré – après évaluation positive du comité d’examen – qui vaut pour l’ensemble du pays.

En outre, les professionnels de la santé des postés de santé des villages de la région participeront également à l’année scolaire à venir, Le gouvernement centrafricain a décidé que tout le personnel de santé publique devait nécessairement augmenter le niveau de compétence. Les autorités gouvernementales ont trouvé dans notre école d’infirmières le bon endroit pour leur formation théorique et pratique et prendront en charge leur parcours de préparation.

Outre l’augmentation du personnel et des normes hospitalières, le projet a pour objectif d’accroître l’inclusion sociale et d’aider de nombreux jeunes à s’intégrer de manière constructive dans la société.

Depuis le début de l’année jusqu’à aujourd’hui, les progrès sont considérables, la structure est presque terminée. Ces résultats nous rendent encore plus fiers, compte tenu de la situation de la République centrafricaine qui, aujourd’hui encore, souffre d’une situation de très forte instabilité qui mine aux bases la possibilité de s’améliorer et de croître. Nous espérons pouvoir vous donner de nombreuses autres mises à jour sur nos activités!

LES LEÇONS À LA MATERNELLE DE GARANGO!

Garango vous rappelle quelque chose? Eh bien oui, c’est la localité du Burkina Faso centre oriental dont nous vous avons parlé plusieurs fois au cours de l’année : ici, dans le diocèse de Tenkodogo, début février, ont commencé les travaux de réalisation d’une école maternelle, financés par la Conférence épiscopale italienne (CEI).

Nous vous avons déjà expliqué pourquoi nous avons choisi cette zone : l’extrême pauvreté et le manque d’installations adaptées aux enfants de 3 à 5 ans. Les enfants d’âge préscolaire n’avaient pas la possibilité d’entreprendre un parcours de formation préparatoire à l’école primaire, soit en raison du manque d’écoles près des logements, Il y a aussi la réticence des familles qui ne considèrent pas toujours l’éducation de leurs enfants comme fondamentale.

Le projet de Salute e Sviluppo s’est inséré dans ce contexte en construisant un bâtiment qui allait combler le manque d’infrastructures. Déjà à la fin du mois dernier, l’école avait été achevée et au cours des premières semaines d’octobre ont été achetés les meubles pour les trois grandes salles de classe : chaises, bancs, tableaux. Après l’inauguration qui a eu lieu dimanche, les cours ont commencé lundi avec de nombreux enfants qui sont entrés dans leurs nouvelles salles de classe pour commencer le parcours scolaire.

Nous sommes très heureux de vous annoncer cette étape importante et nous sommes très heureux d’avoir donné la possibilité à plus de 100 enfants de commencer l’année scolaire conformément aux horaires habituels.

Tous les projets de Salute e Sviluppo comme nous l’avons souvent rappelé, tendent à être enracinés dans le territoire et bien intégrés dans le contexte social : tout le personnel choisi pour accompagner les enfants dans ce parcours d’apprentissage est du lieu, Les enfants bénéficieront du soutien d’éducatrices locales, d’une cantine où ils pourront prendre un repas régulier par jour et de tout le nécessaire pour passer leurs premières années de manière insouciante et éducative.

Le projet a un objectif secondaire – aussi important que le primaire – d’éduquer et de sensibiliser les adultes de la communauté à l’importance de l’éducation, La question de savoir comment il est essentiel pour le bon développement et la croissance de l’enfant et comment il devient encore plus important dans un contexte comme celui du Burkina d’instabilité et d’incertitude.

Nous vous avons raconté le projet la première fois en mars, dès le début des activités, nous vous avons mis au courant en juillet des travaux qui progressaient rapidement et maintenant nous sommes très heureux de cette nouvelle et de voir combien d’enfants sont déjà assis à leur bureau, Prêt à vivre une nouvelle aventure.

PIERRE APRÈS PIERRE ON CONSTRUIT L’AVENIR DE GARANGO

Au terme de chacun de nos articles, nous vous promettons de vous tenir au courant des progrès de nos activités, nous tenons à respecter la parole donnée et nous sommes vraiment heureux de pouvoir vous donner de bonnes nouvelles. Aujourd’hui, en effet, nous vous parlerons du projet, présenté il y a quelques mois, de Réalisation d’une école maternelle dans la ville de Garango au Burkina Faso : financé par la Conférence épiscopale italienne (CEI) et commencé le 1 février dernier.

Le Burkina Faso est l’une des régions les plus pauvres du monde et en particulier la région où se trouve Garango enregistre de nombreuses carences, tant du point de vue sanitaire qu’scolaire. Nous parlons d’un territoire où les écoles sont souvent éloignées et difficiles à atteindre, où la culture traditionnelle joue encore un rôle central dans la vie familiale et où les familles ne veulent pas toujours envoyer leurs enfants à l’école.

L’enseignement pré-scolaire est presque totalement inexistant : les enfants de 3 à 5 ans ne disposent pas d’installations garantissant une formation adéquate et constituant un tremplin pour leur parcours scolaire ultérieur.

Salute e Sviluppo veut répondre à ce besoin en donnant la possibilité à environ 100 enfants de vivre l’école, la sociabilité et l’instruction. Si tel est l’objectif premier, l’objectif secondaire est de réussir à modifier la mentalité répandue, surtout parmi les générations plus âgées, encore sceptique quant à la nécessité de faire étudier leurs enfants. Un programme de sensibilisation vise à construire une collectivité beaucoup plus consciente et attentive.

Le projet, comme nous vous l’avions anticipé, consiste dans la construction de la structure scolaire qui accueillera les petits : trois salles didactiques, une cantine et une salle de repos, en plus des services et des salles de l’administration. Ensuite, on s’occupera du matériel scolaire, de la formation des opératrices qui s’occuperont des enfants et de la constitution des trois classes par âge.

Nous devrions attendre février 2023 pour voir le projet achevé et les premières classes pouvoir commencer leur parcours, mais déjà les progrès qui ont été faits sont remarquables : On peut voir sur les photos comment la structure du bâtiment scolaire a été presque entièrement achevée à l’extérieur, le mur de clôture déjà terminé et les autres pièces en construction.

Le projet est absolument durable et vise à durer longtemps, en restant enraciné dans le territoire, grâce à l’implication de tous les locaux : à partir de la communauté camillienne sur place, en arrivant aux opératrices et au personnel scolaire, Il est composé de personnes appartenant au diocèse de Tenkodogo.

Nous espérons que tout pourra se dérouler comme prévu et que l’école sera effectivement opérationnelle en février prochain et prête à accueillir au mieux les enfants de 3 à 5 ans. Nous sommes fiers de toutes ces pierres qui, l’une sur l’autre, contribuent à la construction du lieu de l’enfance de nombreux enfants burkinabés.

LAIT SAIN ET FROMAGE À BAGRÉ

Salute e Sviluppo, nous sommes particulièrement heureux de vous annoncer la conclusion du projet Latte Sano au Burkina Faso : ce fut une aventure longue et exigeante qui nous a vus dans la région de Bagré pendant 5 ans, mais qui a finalement porté ses fruits et ses satisfactions.
Nous avons souvent parlé du Burkina Faso et des conditions de vie de la population locale : en particulier, la région du centre-est du pays nous a engagés dans de nombreux projets, Tous visent à améliorer la qualité de vie de ceux qui habitent cette région particulièrement pauvre et éprouvée du point de vue alimentaire et sanitaire. Le déficit est la production de lait, qui est soit importé, soit – très souvent – infecté en raison d’animaux malades et non contrôlés. Santé et Développement a décidé d’entrer dans ce contexte avec l’objectif de remédier à cette carence.

En 2017 commencent les activités qui, financées par la Conférence épiscopale italienne (CEI) à travers les fonds du 8×1000 à l’Eglise catholique, progressent de manière accélérée jusqu’à l’année suivante. En 2018, la situation du pays change radicalement : une forte situation d’instabilité politique et sociale rend le Burkina Faso dangereux et, par conséquent, la manutention des ressources humaines et matérielles subit un ralentissement. Peu après, la pandémie mondiale a provoqué un nouvel arrêt de travail.

Depuis environ un an, les travaux ont repris et ont conduit à l’achèvement des travaux structurels et architecturaux qui, au cours des derniers mois, ont été équipés de toutes les machines nécessaires, provenant d’Italie par conteneurs. Le projet prévoyait plusieurs étapes : d’abord la construction d’une étable et l’achat de bétail, toutes les vaches ont été importées dans la zone, placées en quarantaine et contrôlées par les vétérinaires locaux qui ont garanti la salubrité des animaux. Par la suite, des locaux ont été aménagés pour la traite, la collecte du lait, le conditionnement et toutes les activités de production laitière. Cette dernière phase a vu p. Felice de Miranda, présidente de Salute e Sviluppo, en mission au Burkina Faso avec deux experts qui ont appris aux communautés locales à travailler correctement le lait et à produire divers types de produits dérivés, du yaourt au fromage frais et affiné.

Le projet de Salute e Sviluppo a été conçu pour avoir plus d’un bénéficiaire : d’une part, tous ceux qui sont employés dans les différentes activités de la chaîne d’approvisionnement reçoivent un revenu et ont la possibilité de travailler et d’entretenir leurs familles, Les habitants de la région peuvent enfin avoir accès à toute une gamme de produits qui ne sont pas disponibles sur le marché local, tout en ayant la certitude de manger des aliments sains. Ces produits serviront également à approvisionner les écoles de la région et les hôpitaux camilliens, pour améliorer les conditions alimentaires des plus petits et des plus faibles.

Les activités de santé et de développement ont comme exigence fondamentale d’être absolument durables, enracinées dans le territoire et fondamentales pour le développement autonome de la population locale. Ce projet en est la preuve : la formation du personnel a été la dernière pièce du projet – mais l’un des plus importants – maintenant les locaux ont la possibilité de procéder de manière autonome en améliorant et en augmentant la production laitière.

Le soutien des camilliens locaux qui ont identifié en premier la nécessité d’aider la zone de Bagré et qui nous ont aidés pendant toutes les activités a été décisif. Même maintenant, malgré la fin de notre projet, nous avons la certitude que leur soutien sera essentiel pour que la filière fromagère continue à fonctionner correctement.
Nous remercions la CEI qui nous a donné la possibilité de mener à bien un projet qui améliorera les conditions de vie de la population burkinabé, très éprouvée par la situation de son pays et pour cela encore plus besoin d’aide.

Voulez-vous assister à la formation de Monsieur Fausto? cliquez ici: https://www.youtube.com/watch?v=eIFzFgbb3mg&t=36s

L’UKRAINE : ENSEMBLE POUR SURMONTER L’URGENCE

Quatre mois se sont écoulés depuis que les troupes russes ont franchi la frontière ukrainienne et qu’en fait, la guerre a éclaté. Chaque jour, les nouvelles de massacres, de tragédies et d’horreurs se sont succédé à un rythme vertigineux.

Nous de Salute e Sviluppo avec les associations CADIS, FONDATION PROSA, MISSION À CALCUTTA ONLUS, MADIAN ORIZZONTI et CESMET nous sommes immédiatement mobilisés pour apporter aide et soutien à la population ukrainienne en fuite et à leurs voisins polonais dans la gestion des millions de réfugiés.

Grâce à vos dons, nous avons pu envoyer rapidement les fonds nécessaires à la première urgence, en lançant le projet ENSEMBLE POUR L’UKRAINE : ASSISTANCE AUX MAMANS ET AUX ENFANTS FUYANT LA GUERRE.

Les camilliens locaux, dès les premières phases du conflit, se sont efforcés de fournir le plus d’aide possible aux réfugiés en provenance d’Ukraine. Chargés par le gouvernement polonais de gérer le premier accueil, ils ont installé des infopoints dans la gare centrale de Varsovie où arrivent les trains et dans la gare ouest de Varsovie dédiée aux autobus. À l’heure actuelle, environ 7 millions de personnes ont fui la guerre en franchissant la frontière, la plupart d’entre elles étant composées de mères avec de jeunes enfants et de personnes âgées. Beaucoup se sont arrêtés dans les grands centres urbains qui, cependant, n’ont pas assez de place pour les accueillir tous correctement.

A Lomianki Burakow, à environ 15 kilomètres au nord du centre de Varsovie, les camilliens ont mis à disposition leur résidence religieuse pour l’accueil d’une trentaine de réfugiés, en leur fournissant des soins médicaux, psychologiques et une assistance juridique. Alors qu’à Ursus, à environ 13 kilomètres à l’ouest, une structure de refuge pour les sans-abri a été aménagée pour accueillir les réfugiés, actuellement 19.

Dans les deux centres, les activités sont nombreuses, pensées surtout pour les enfants : collations pour la fête des mères, concerts et spectacles de cirque pour la journée de l’enfant. La structure de Lomianki prévoit également la mise en place d’un jardin d’enfants et la réhabilitation des espaces verts entourant la structure.

Le projet que Salute e Sviluppo, avec toutes les autres associations, a décidé de poursuivre est de la durée de trois ans et prévoit la subsistance de tous les réfugiés déjà présents dans les deux structures et la restructuration de l’étage supérieur de la résidence de Lomianki – actuellement inabordable – qui à l’intérieur aurait 9 autres chambres avec la possibilité d’accueillir 20 personnes supplémentaires.

Avec vos dons en faveur de l’urgence Ukraine nous continuerons à soutenir les nombreux réfugiés, qui avec l’aide des camilliens polonais, cherchent chaque jour à recomposer les morceaux d’une normalité désormais disparue.

Donne toi aussi, en ce moment sombre, c’est toi qui allume une lumière.

Cliquez ici https://www.salutesviluppo.org/dona-ora / choisissez le mode de don et entrez dans la causalité AIDE UKRAINE.

 

Nous remercions MISSION CALCUTTA ONLUS ET CADIS pour les images utilisées.

L’AVENIR DE SNEHAGRAM

Vers l’avenir des jeunes au Centre Snehagram Programme de transition pour une vie indépendante est le titre de la troisième phase de l’initiative qui voit la Salute e Sviluppo engagés en Inde pour aider les enfants séropositifs grâce à la contribution de l’Eglise catholique, qui consacre une partie des 8xmille du produit total de taxes à des actions caritatives en faveur du tiers monde.

Le VIH continue de représenter un problème grave pour l’Inde au point de pousser le gouvernement, surtout ces dernières années, à mener une campagne massive d’éducation et de prévention. Les résultats de cette politique ont été remarquables : dans la majeure partie du territoire, le pourcentage de nouvelles infections a considérablement diminué. Cependant, le nombre d’enfants et de jeunes séropositifs restés orphelins à cause de cette même maladie et qui risquent une vie de pauvreté et de ségrégation reste élevé : marginalisés parce qu’ils sont considérés comme infectés et seuls sans parents.

Sneha Charitable Trust (SCT) travaille depuis de nombreuses années à l’accueil, la prise en charge et l’éducation des orphelins séropositifs, en vue de leur pleine intégration dans la société. Salute e Sviluppo, soutenu par la Conferenza Episcopale Italiana (CEI), soutient les activités du centre par le biais d’un programme en plusieurs étapes, dont chacune se réfère à un groupe d’âge spécifique. À l’heure actuelle, le troisième projet, qui se concentre sur les jeunes de 18 à 24 ans, vise à l’insertion professionnelle et à la conquête de leur autonomie/semi-autonomie.

Tous les jeunes accueillis au centre Snehagram sont encouragés à choisir les matières et les activités à suivre en fonction de leurs inclinations. Cela améliore l’apprentissage et permet la spécialisation dans un domaine précis qui peut représenter pour eux un emploi futur et une source de revenus. Certains ont décidé de se spécialiser dans l’agriculture, d’autres dans l’élevage, d’autres encore dans l’informatique ou la mécanique. Sur la base de ces centres d’intérêt, le centre s’est doté de tout le nécessaire pour aider les jeunes à acquérir une formation pratique efficace : des champs ont été créés, une serre et une ferme ont été construites, des semences, des engrais et divers équipements ont été achetés.

En plus de la formation professionnelle, une partie fondamentale du projet est représentée par la construction de logements qui seront assignés à chaque enfant en fonction de l’environnement de travail choisi et de l’état de santé. Ceux qui se sont spécialisés au fil des ans dans des domaines tels que la mécanique ou l’informatique ont besoin d’être proches de la ville, contrairement à ceux qui, travaillant dans les champs ou à la ferme, doivent rester à proximité immédiate.

Les bénéficiaires de ce projet sont à la fois les 40 enfants qui, ayant grandi au centre d’accueil de Snehagram, sont devenus adultes et ont besoin de devenir autonomes tant du point de vue social qu’économique; soit la communauté qui disposera d’une main-d’œuvre jeune et spécialisée pouvant être insérée dans plusieurs secteurs professionnels.

La stigmatisation du VIH est encore très présente en Inde, et pouvoir intégrer ces jeunes dans le tissu social, grâce aux compétences techniques qu’ils ont acquises, c’est les éloigner de la ségrégation et de l’isolement qu’une maladie comme le sida a pour conséquences directes dans certaines parties du monde.

Salute e Sviluppo a lancé ce projet de deux ans en 2018. Au cours de la première année, les objectifs fixés ont été atteints et les délais ont été respectés. L’arrivée de la pandémie en mars 2020 a rendu impossible la poursuite harmonieuse du programme : toutes les activités de Snehagram ont été converties pour faire face au COVID, qui a fait une violente éruption en Inde, touchant la plupart des hôtes du centre, les travailleurs et même les Camilliens sur place.

Ce n’est qu’à l’automne dernier qu’il a été possible de reprendre toutes les activités du projet. Au terme de Salute e Sviluppo, nous serons fiers de vous présenter les 40 jeunes du centre Snehagram, qui grâce à l’aide de la CEI, peuvent maintenant espérer une vie sereine pleinement intégrée dans leur société et leur communauté.