• Piazza della Maddalena 53 - 00186, Roma
  • Tel. +39.06 899 28 151-2-3-4
  • info@salutesviluppo.org

Nouvelles

Création du Fonds Missions AMOC – Assurance Maladie Œuvres Camilliennes

La “santé” est le domaine prioritaire de SeS. Le droit à la protection de la santé et l’accès aux soins sont des droits de l’homme fondamentaux; pourtant, la relation entre la pauvreté, la marginalisation et l’accès aux services dans les pays en développement reste souvent mal comprise ou négligée dans les politiques de santé et les interventions de développement.

Au fil des ans, conformément au Programme Mondial de Développement et aux Objectifs de Développement Durable (ODD), nous avons construit et renforcé des établissements de santé pour les populations locales vulnérables; étendu les services au niveau territorial; fourni des équipements et des installations médicales adéquats, affectant l’amélioration des services offerts au niveau quantitatif; formé le personnel de santé local, augmentant le niveau de compétences et la qualité des services fournis.

Ayant mis en œuvre un grand nombre d’initiatives dans les pays partenaires de la coopération et ayant contribué de manière significative à leur croissance, Salute e Sviluppo établit le Fonds Missions AMOC – Assurance Maladie Œuvres Camilliannes(approuvé par le Conseil d’Administration le 26.11.2021), en tant qu’outil supplémentaire pour aider les personnes et les communautés des pays en développement, en situation de grande vulnérabilité socio-économique, à accéder aux services de santé.

L’objectif principal du fonds est de protéger la santé et d’étendre autant que possible la couverture sanitaire de base, en cherchant à réduire les inégalités sociales, en mettant l’accent sur la santé des enfants. En particulier, le Fonds a deux objectifs:

Objectif Général : contribuer à l’amélioration des conditions sociales et sanitaires des populations des pays en développement, où Salute e Sviluppo opère, à travers la mise en oeuvre d’initiatives de coopération internationale.

Objectif Spécifique : du fonds est de garantir aux enfants des pays en développement, en âge pédiatrique (0-14 ans), un accès gratuit aux services de santé et aux soins.

Le Fonds agit par le biais d’un remboursement (partiel ou total) des frais de santé supportés par les établissements de santé existants dans les pays de coopération – appartenant et/ou gérés par les Camilliens – pour les patients pédiatriques (0-14 ans) qui utiliseront les services de manière totalement gratuite.

Le Fonds AMOC, étant créé dans le cadre des activités de SeS, peut être financé par toutes les parties prenantes, qu’il s’agisse de particuliers ou d’entreprises, qui y reconnaissent une responsabilité sociale pour lutter contre la pauvreté et mieux protéger les droits de l’homme.

Les donateurs non anonymes pourront bénéficier d’une réduction d’impôt conformément à la loi.

Il existe de nombreuses façons de soutenir nos activités: votre don est le moyen le plus simple de maximiser l’impact de nos projets!

DONNEZ MAINTENANT POUR LES ENFANTS DANS LE BESOIN

Salute e Sviluppo ONG – Al fianco dei Camilliani nel mondo
Piazza della Maddalena, 53 – 00186 Roma
Tel. 0689982151/52/53/54
email: info@salutesviluppo.org

Iban: IT50E0200805181000102710665 (banca Unicredit)

Raison: donazione Fondo Missioni AMOC – Opere Camilliane

Une nouvelle école à Tenkodogo, au Burkina Faso

Au Burkina Faso, dans la région de Tenkodogo, l’éducation est un droit pour très peu de personnes. Le manque de structures et de salles de classe ne permet pas au grand nombre d’enfants, vivant dans la région, d’aller à l’école et de poursuivre leurs études.
Pour faire face a ce manque, en 2018, grâce au financement de la Conférence Episcopale Italienne (CEI) avec des fonds 8X1000, le projet “Ecole post-primaire et secondaire pour les mineurs de Tenkodogo” a été lancé.

L’initiative, qui s’est terminée le 31 août 2020, a permis de construire, d’équiper et de commencer à dispenser des cours dans une école post-primaire et secondaire..
L’école a deux étages : au rez-de-chaussée, les salles de classe sont consacrées aux cours post-primaires et à l’étage supérieur, les salles de classe sont consacrées aux cours secondaires.

école Burkina

Le cycle post-primaire dure trois ou quatre ans et prépare les élèves à l’enseignement secondaire ou à la vie professionnelle, et se termine par un diplôme à la fin de l’enseignement de base.
Le cycle secondaire dure trois ans et se termine par l’obtention du diplôme du BAC (premier diplôme universitaire) avec lequel garçons et filles peuvent accéder aux cours universitaires.

photo-belse-4-min

Ainsi, 480élèves, qui ont terminé leurs études primaires dans les écoles voisines, ont la possibilité de poursuivre leurs études au niveau post-primaire et secondaire.
Parallèlement aux activités scolaires, une campagne de sensibilisation et d’information a également été lancée dans les écoles environnantes pour encourager les élèves à s’inscrire dans une école post-primaire, avec la participation des parents d’élèves, qui ont montré qu’ils étaient conscients de l’importance pour leurs enfants de poursuivre leurs études..

photo-belse-5-min

photo-belse-1-min

Les photos ont été réalisées avant l’urgence Covid-19.

Au Pakistan pour l’inclusion sociale et économique

Le Pakistan, malgré les progrès et la croissance économique, à des défis importants liés à la pauvreté et aux inégalités en matière d’inclusion sociale et économique des sections les plus vulnérables de la population, notamment dans les districts ruraux.

C’est le cas du district d’Okara, dans le nord du pays, où l’agriculture et l’élevage sont les principales activités, mais sans générer de revenus pour les petits propriétaires terriens et les agriculteurs qui, en raison de leur faible productivité, parviennent à peine à satisfaire les besoins alimentaires de leur famille grâce aux récoltes.

Grâce au financement de Caritas Italiana et à la collaboration de la Famille Laïque Camillienne (FLC), nous avons lancé en novembre un micro-projet visant à promouvoir l’inclusion sociale et économique des familles de ce district.
Trois familles en situation d’extrême nécessité ont été identifiées : des familles nombreuses, sans revenu ni soutien de l’administration locale, qui n’ont pas accès à une nourriture suffisante pour couvrir leurs besoins de base.

Le microprojet intervient directement pour améliorer leurs moyens de subsistance et leur inclusion sociale et économique dans la communauté.
Tout d’abord, trois buffles destinés à la production de lait ont été fournis aux familles pour assurer leur subsistance. Les cours de formation organisés permettent de transmettre les compétences techniques et pratiques nécessaires à l’élevage des animaux et aux processus d’extraction et de conservation du lait.

pakistan

Une partie du lait produit est utilisée pour nourrir les familles et une autre partie est vendue sur le marché local pour assurer une source de revenus.

Ensuite, un formateur expert local dispense une formation aux familles et à la communauté sur l’importance des produits laitiers comme source de protéines animales et comme aliment préféré dans le régime quotidien. Des sessions de sensibilisation à la sécurité alimentaire et nutritionnelle sont également organisées, au cours desquelles du matériel d’information est distribué pour montrer les bonnes pratiques alimentaires de manière simple et directe.

pakistan-2

Etat d’urgence en République Centrafricaine

La situation en République centrafricaine est extrêmement difficile. Depuis fin décembre, suite aux élections présidentielles, se poursuivent les affrontements et attaques de guérillas d’une alliance de milices qui refuse la réélection de Faustin-Archange Touadéra.

Il y a eu des dizaines de victimes et une situation d’équilibre et de sécurité semble à ce jour instable.

Cela aggrave les problèmes déjà présents dans le pays: l’augmentation du prix des denrées alimentaires, le manque d’eau potable, le blocage des biens de première nécessité en provenance de l’étranger.

Lundi dernier, l’attaque majeure qui, comme le rapporte l’Ocha (Bureau des Nations Unies pour les affaires humanitaires), a touché le MSR1, la principale route d’approvisionnement et de commerce du pays qui relie la capitale Bangui au port le plus proche, au Cameroun.

Même notre service de clinique mobile, pour des raisons de sécurité, ne peut pas atteindre les villages où il offre des services de santé et psychologiques aux communautés.

Les élections

Les appels des rivaux du président centrafricain Faustin-Archange Touadéra ont été rejetés par la Cour constitutionnelle. Il a été officiellement élu avec 53,16 % des voix.

Lundi 18 janvier 2020, Danièle Darlan, la présidente de la Cour suprême a déclaré que Faustin Archange Touadéra, est réélu Président de la République au premier tour des élections du 27 décembre 2020
La Cour a toutefois abaissé le taux de participation à 35,25 %, loin des 76,31 % d’inscrits provisoirement annoncés le 4 janvier.

Ses opposants ont dénoncé des “fraudes massives” et l’impossibilité pour deux électeurs sur trois de voter.

25 ans depuis la fondation de Salute e Sviluppo (09 septembre 1996 – 09 septembre 2021)

J’aimerais vous inviter à faire un merveilleux voyage virtuel autour du monde avec moi, pour célébrer ensemble 25 ans de Salute e Sviluppo. Ne vous inquiétez pas pour le coût, je paierai pour tout le monde, puisqu’il s’agit d’un voyage virtuel. Nous pouvons visiter de nombreux pays, mais je ne peux pas tous les citer car la liste serait longue. Attachez vos ceintures et commençons par Turin, où Salute e Sviluppo a été créée il y a 25 ans, de l’imagination de Fr. Efisio Locci, le 9 septembre 1996, l’idée était “d’aller dans le monde et de guérir les malades”. Il a commencé à faire les premiers pas de sa vie, des pas importants car ils incluent l’hôpital en Haïti. L’invitation du Général de l’Ordre des Camilliens Fr Frank Monks (03 décembre 2001) nous a déplacés à Rome pour donner à l’organisation la dimension internationale propre à l’Ordre de Saint Camillus. Tout est grand à Rome, et c’est là qu’ont eu lieu l’énorme effort de préparation et les reconnaissances nécessaires pour pouvoir opérer, comme l’acquisition de la personnalité juridique (08 juillet 2002) et la reconnaissance en tant qu’Organisation Non Gouvernementale (ONG), avec un décret du Ministère des Affaires Etrangères, qui permet de promouvoir et de réaliser des projets internationaux en collaboration avec le Ministère (26 mars 2003). Une fois que les processions bureaucratiques sont terminées, nous pouvons commencer à travailler au maximum de notre potentiel.

Salute e Sviluppo est né pour être proche des missionnaires, qui sont le plus grand facteur de développement dans l’histoire des pays pauvres. Nos domaines sont : la santé des personnes et le développement humain sous forme de santé et d’hygiène, de nutrition et de scolarisation, d’agriculture et d’élevage, sans exclure le développement, les droits et la paix. Notre motion est la suivante: “Nous prenons soin de la santé et nous améliorons le développement humain”. La géographie de nos activités est celle des cinq continents.

Hôpital de Djougou – Bénin

La première partie de notre voyage intercontinental visite les projets mis en œuvre au cours des 10 premières années et comprend 33 projets en Afrique : 1 hôpital au Bénin (à Djougou)5 projets au Burkina Faso (développement pour les femmes, valorisation de la médecine traditionnelle, développement de l’élevage, développement agro-alimentaire, développement industriel pour le polissage et le conditionnement du riz); 19 projets au Kenya (formation et prévention pour les étudiants de Migori, soutien aux enfants des bidonvilles de Nairobi, bétail pour l’hôpital de Nkubu, eau potable pour l’hôpital de Nkubu, développement agricole pour les femmes des bidonvilles de Nairobi, soins aux malades du SIDA en phase terminale, formation pour les femmes des bidonvilles de Nairobi, lutte contre le VIH, un moulin pour les veuves de Tabaka, une espoir pour les malades de Nkubu, énergie solaire pour Nkubu, développement de l’élevage pour les femmes de Karungu, lutte contre la malnutrition à Wajir, développement des fruits et légumes pour les femmes de Karungu, serre pour les femmes des bidonvilles de Nairobi, lutte contre la pauvreté dans le district de South Imenti, soutien alimentaire pour les écoles de Nyanza, accès à l’assainissement pour Gunga); nous visitons 1 projet à Madagascar (scolarisation des enfants lépreux); 5 projets en République Centrafricaine (école primaire à Bossemptélé, démarrage de l’hôpital, centre mère-enfant, service de santé des enfants, clinique mère-enfant); 1 hôpital mère-enfant en Somalie; 1 puits pour l’hôpital et le quartier à Lomé – Togo.

Maternité et gynécologie, chirurgie, bloc opératoire, salles d’accouchement et bureaux à l’hôpital Karungu – Kenya

J’espère que le voyage se passera bien car nous devons visiter l’Amérique du Sud et l’Asie. La première étape est le Brésil avec la visite de 4 projets (formation et réinsertion des femmes, réinsertion sociale des mères célibataires, tejiendo la vida, la formation et la réinsertion des femmes à Quixadà); passons pour voir 1 projet en Colombie (culture hydroponique avec les personnes âgées); et un saut au Pérou pour 1 projet (aide aux malades du SIDA).

Nous quittons l’Amérique latine et nous nous rendons en Asie pour 11 projets. En commençant par une visite au Myanmar où deux projets ont été mis en œuvre (aide aux victimes du cyclone Nargis et formation professionnelle pour les jeunes filles); visite aux Philippines avec 2 projets (renforcement du Centre San Camillo et aide à la communauté tribale Aetas); et un long voyage dans l’immense Chine avec 1 projet (Bourses d’études pour les villages du Liaoning). Quelle émotion et quels souvenirs de la rencontre avec les chrétiens des villages autour de la cité impériale à l’extrême nord de la Chine! L’universalité du christianisme est une réalité que vous vivez comme le souffle de l’humanité, avec une émotion intense et inoubliable.

Comme vous pouvez le comprendre, notre travail s’adapte toujours aux situations, aux coutumes des personnes et à leurs sensibilités politiques. Nous souhaitons aider les gens à faire face à leur pauvreté et à leurs besoins, ce qui est une excellente chose. Tous les autres aspects ne nous concernent pas. Nous sommes absolument convaincus que les besoins des individus dans le monde sont infinis et que, malheureusement, nous ne pouvons faire que de petites choses, mais nous savons que même un verre d’eau est précieux pour un mendiant.

Si vous n’êtes pas fatigués, partons pour la deuxième partie du voyage afin de visiter 36 autres projets réalisés au cours des 10 prochaines années d’intese travail. Nous allons surtout dans les pays africains. Chaque pays a ses propres caractéristiques, ses beautés, ses richesses et ses pauvretés infinies, la seule recommandation est de ne jamais abandonner. La coopération est faite de petites et de grandes choses, mais toutes sont précieuses. Chaque aide que nous pouvons apporter est un grand trésor pour la personne nécessiteuse qui la reçoit; c’est un petit effort pour nous, mais un énorme cadeau pour elle. La fatigue disparaîtra bientôt, le bien fait restera et le Bon Dieu le rendra éternel.

Rizière à Bagré, Burkina Faso

Première étape au Burkina Faso avec 11 projets terminés et 2 en cours,un pays pauvre mais avec un fort réveil, avide de progrès, mais aussi avec des épisodes effrayants de terrorisme dans le Nord et également non loin de notre zone d’opération. Nos efforts est de mettre en place des installations de production alimentaire, d’augmenter la scolarisation et de construire un hôpital.

Nous avons construit une ferme de plus de 60 hectares pour la culture du riz, du maïs et d’autres céréales; nous avons construit des canaux pour inonder l’eau avec des pompes immergées dans le grand canal public, actionnées par un système de panneaux photovoltaïques. Les pompes amènent l’eau dans nos canaux de distribution. La ferme est bien équipée avec un puits pour l’eau potable, des installations agricoles pour le personnel, un entrepôt, un atelier et des places de parking abritées pour: 1 camion, 3 tracteurs, 2 fraiseuses, 1 moissonneuse-batteuse, 2 bouteurs, 1 bulldozer, charrues, niveleuse, engrais et autres équipements.

Une stalle pour 60/100 vaches laitières, avec du fourrage et équipée d’une salle de traite, d’une salle de refroidissement et d’un stockage du lait, du personnel et des installations vétérinaires. Ici aussi, l’électricité est produite par une installation photovoltaïque, un générateur et une ligne d’éclairage public. Dans le Centre Industriel nous avons construit: 3 grands entrepôts pour les céréales, les fruits et légumes, les produits de transformation et de conditionnement; la Station Laitière équipée pour l’analyse, la transformation du lait et des produits laitiers: ici aussi l’électricité est fournie par le réseau public, par des générateurs et par des systèmes photovoltaïques. Les fermes se trouvent à Bagré, dans la province de Tenkodogo, que la planification nationale a choisie comme pôle de production agroalimentaire du pays. Toujours à Bagré, nous pouvons visiter la station d’eau potable des femmes.

Une école à Tenkodogo – Burkina Faso

D’autres projets à visiter à Bagré, Tenkodogo et Garango sont les écoles; 2 écoles maternelles, 2 écoles primaires, 2 écoles secondaires: première quatre années et deuxième trois années, un centre d’artisanat avec 6 sections pour 6 métiers. Pour les écoles, il faut savoir que chaque classe des classes maternelles et primaires accueille environ 80 à 90 enfants, que les écoles secondaires accueillent 50 enfants par classe et que les classes d’arts et métiers accueillent 50 jeunes. Toutes les écoles se trouvent dans le diocèse de Tenkodogo et sont des projets réalisés en collaboration avec l’évêque Prosper Kontiebo. Une fois que les bâtiments scolaires ont été construits et meublés, ils sont remis au partenaire local.

Nous faisons un voyage au Kenya (4 projets) pour visiter le grand aqueduc pour 15.000 habitants à Karungu. L’eau est puisée dans le lac Victoria, poussée en haut de la colline à l’aide de grandes pompes, purifiée et filtrée dans trois énormes réservoirs en béton et envoyée dans la zone de Karungu sur une distance de plus de 5 km, le long de laquelle se trouvent des kiosques de distribution d’eau. Ce projet permet à tous les habitants de la zone d’avoir accès à l’eau potable, alors que précédemment ils puisaient directement dans le lac pollué. Parmi les autres projets, sont: la santé maternelle et infantile dans le district d’Imenti Sud; la lutte contre le cancer pour la population féminine de Karungu; l’autosuffisance alimentaire pour les femmes de Wajir en partenariat avec les Sœurs Camilliennes, dans une zone semi-désertique à la frontière avec la Somalie, dans l’ancien centre d’Annalena Tonelli martyrisée par les Somaliens. L’insécurité règne également dans cette région.

Il y a aussi un petit projet au Pakistan pour la minorité chrétienne, un autre au Togo contre la drépanocytose et un au Vietnam pour l’accès à l’eau potable et contre le cancer des enfants et de la population, car l’eau de l’aquifère de MeKong est polluée par l’utilisation immodérée de pesticides pour la production de riz.

Agents de santé à Bossemptélé – République centrafricaine

Nous redécollons vers la République Centrafricaine, aujourd’hui le pays le plus pauvre du monde; on l’appelait autrefois la Suisse de l’Afrique. Un beau pays, plein de forêts, une population pacifique. Depuis son indépendance (elle était une colonie française), elle a toujours été gouvernée par des généraux, même si elle était une république de nom. Aujourd’hui, il y a un président élu, mais des soldats russes du groupe Wagner gardent le pays et le gouvernement. Les coups d’État incessants ont appauvri le pays, l’ont rendu peu sûr et ont permis de piller d’énormes richesses souterraines. Il suffit de penser qu’au cours de la révolution et de la guerre civile de ces dernières années, sur une population de 10 millions d’habitants, deux millions et demi ont été réfugiés dans les pays voisins, 50% des bâtiments scolaires et sanitaires ainsi que des maisons privées ont été détruits. Les routes sont en ruine, la population n’a rien d’autre à manger que du manioc. La sécurité n’existe pas, les services généraux n’existent pas, il est difficile de comprendre comment la population survit. Nos voyages sont également peu sûrs, c’est notre propre risque. Pour le gouvernement italien, le pays n’est absolument pas sûr.

Hôpital de Bossemptélé – RCA

Dans ce contexte, nous avons réalisé plus de15 projets:un hôpital de 120 lits: pavillon de chirurgie, rénovation et aménagement des salles d’opération; construction du pavillon de médecine; rénovation et aménagement des cliniques externes d’ophtalmologie et de dentisterie; construction et aménagement du pavillon de néonatologie; construction du pavillon de pédiatrie; construction de la maternité et du bloc d’accouchement avec salle d’opération pour les césariennes; construction du pavillon de l’administration; construction du pavillon des invités et des volontaires; construction de la salle d’urgence; équipement de la réception administrative; financement des services de santé de l’hôpital; renforcement des services de santé dans trois villages avec la clinique mobile une ou deux fois par semaine. Les autres aides sont le système photovoltaïque et le nouveau générateur pour tout l’hôpital (nous sommes à 200 km de l’électricité publique) ainsi que plusieurs conteneurs avec du matériel hospitalier, du mobilier, des machines, l’achat d’ambulances, de voitures, d’un tracteur et d’une camionnette. Il y a aussi tous les projets menés en faveur de la population: urgence alimentaire; alimentation des enfants; alimentation des écoles; maternité sans risque; autonomisation économique et alimentaire des femmes; formation en matière d’assainissement pour la population; construction de trois puits pour l’eau potable; construction en cours de l’école d’infirmières diplômées d’État, qui est la troisième du pays.

Les activités de soutien à la communauté missionnaire camillienne de Bossemptélé en RCA ont commencé par l’ouverture courageuse de la nouvelle mission dans la province du Bénin. La mission comprenait le petit hôpital que les carmélites n’avaient pu ouvrir en raison de la mort de leur sœur-médecin, dans un accident de voiture. Aujourd’hui, la mission comprend l’hôpital Jean-Paul II et l’unique paroisse de la ville et des villages environnants. La caractéristique de la mission est la grande pauvreté, l’isolement, l’insécurité et le courage louable des carmélites et des religieux camilliens. Bossemptélé est une sous-préfecture, une localité située à 200 km de l’électricité; il n’y a ni eau potable, ni électricité, ni gaz, ni égouts. Elle dispose d’une école primaire insuffisante et pour le nombre d’enfants. Pour cela, les sœurs disposaient d’une école maternelle, d’une école primaire et des trois premières années de l’école secondaire. La guerre a mis en danger la vie de nos frères, qui ont été héroïques en restant pour soigner les malades. Pendant la guerre, les locaux de l’hôpital et l’école des religieuses ont accueilli deux mille musulmans qui cherchaient un refuge. Les deux communautés de carmélites et de camilliens ont accompli leur travail héroïque sans relâche. Le p. Bernard Kinvi Anani, directeur de l’hôpital, il a reçu en 2014 le prix Alison De Forges de Human Rights Watch pour son courage dans la protection de la dignité et des droits de l’homme. Ce titre est également une reconnaissance des communautés de camilliens et de carmélites qui ont aidé tous ceux qui étaient dans le besoin au péril de leur vie, en mettant en sécurité 1.500 musulmans à travers la frontière camerounaise. Les carmélites et les religieux camilliens ont été les héros du témoignage chrétien de l’amour du Christ pour l’humanité dans la ville pauvre et isolée de Bossemptélé en Afrique Centrale. Grâce à tous le monde et à chacun de nos collaborateurs, que je tiens à remercier personnellement, en 25 ans nous avons contribué à guérir les malades, à nourrir les affamés, à donner à boire aux assoiffés, à scolariser les enfants. Nous avons accru la justice et la paix dans le monde.

P. Efisio Locci

NB – Si vous aimez notre activité, vous pouvez nous aider:

Salute e sviluppo

IBAN IT62G0200805181000400321240 (Unicredit)

ou

IBAN IT17 X076 0103 2000 0002 6485 086 (BancoPosta)

 

Pakistan : “Les familles ont trouvé la sécurité”.

“Le projet a généré un impact émotionnel et psychologique dans la vie des familles bénéficiaires, ainsi qu’un impact financier et nutritionnel. Les familles ont trouvées en sécurité lorsqu’elles ont reçu les animaux”. Ce sont les mots du père Mushtaq, coordinateur local du microprojet pour la promotion de l’inclusion sociale et économique des familles dans le district d’Okara, au Pakistan.

famille-maand-masih

Le micro-projet, financé par Caritas Italiana, visait à améliorer les conditions sociales et économiques de trois familles vivant dans le district d’Okara, au Pakistan, à travers des actions de subsistance alimentaire et de génération de revenus.
Les familles bénéficiaires, identifiées par le partenaire local, se trouvaient dans une situation d’extrême pauvreté en raison de discriminations dues à des appartenances et croyances religieuses différentes. Ils ont été marginalisés et abandonnés par le gouvernement local et se sont retrouvés sans accès à une alimentation et à des revenus suffisants.

Pour leur permettre de se nourrir, ont été achetés des animaux (vaches, chèvres et buffles) afin que, grâce au lait produit, ils puissent satisfaire leurs besoins nutritionnels et économiques. Dans le même temps, des stocks d’aliments pour animaux ont été achetés. Un vétérinaire local a leur a enseigné comment prendre soin des animaux, comment les nourrir, comment les protéger des infections les plus courantes, en leur transmettant des connaissances essentielles sur l’élevage en matière de nutrition, de règles d’hygiène, de maladies.

Les familles bénéficiaires ont pu utiliser le lait pour leurs propres besoins et, avec l’aide des travailleurs de la Famille laïque camillienne, elles ont pu vendre une partie du lait sur le marché local, assurant ainsi un produit sain et abordable pour les autres membres des communautés des trois villages.

achat-animaux2

Ensuite, des cours de formation sur les produits laitiers ont été organisés afin d’élargir les connaissances et les compétences des familles. Les sessions de formation ont été suivies par les familles bénéficiant des animaux achetés, mais aussi par d’autres membres des trois villages concernés. Ce type de formation a été très appréciée car elle leur a permis de diversifier leur alimentationtout en proposant des produits qui ne sont pas toujours disponibles sur le marché local,augmentant ainsi leurs possibilités de vente, remontant leur moralet les encourageant à rêver d’une vie meilleure.

Enfin, des activités d’éducation nutritionnelle ont été organisées pour stimuler un changement positif des habitudes alimentaires, réduire la malnutrition dont ils souffrent et accroître leur vulnérabilité. Des posters et des bannières explicatives ont été conçues et produites pour soutenir une information correcte et adéquate lors des réunions, montrant clairement et simplement certaines bonnes pratiques alimentaires.

sessions de formation

En général, tout le monde espère des jours meilleurs et a exprimé son intention d’aider les autres.Ce don a renouvelé leur détermination à aller de l’avant”, conclut le père Mushtaq.

  • 1
  • 2